Share this page

En 2014, IFC a apporté un appui d’envergure au secteur privé et a contribué à la réduction de la pauvreté en Afrique sub-saharienne

Nairobi/Dakar, le 10 septembre 2014 – Au cours de son dernier exercice financier, IFC, membre du Groupe de la Banque mondiale, a octroyé plusieurs milliards de dollars en nouveaux financements et mobilisations d'investissements, tout en fournissant une large gamme de services-conseil en Afrique sub-saharienne. Les activités d'IFC ont permis de d’améliorer le quotidien de 1,1 million d’agriculteurs, d’octroyer des financements d’une valeur de 17 milliards de dollars aux entrepreneurs, de fournir des services de santé à un million de patients et d’améliorer la qualité de l’enseignement en faveur de 117 000 étudiants.
En coordination avec les autres institutions du Groupe de la Banque mondiale, le travail d'IFC en Afrique sub-saharienne a notamment soutenu les secteurs de l'agriculture, de l’énergie, de la création d'emploi, de la santé, de l'éducation et des marchés financiers.
IFC a effectué de nouveaux investissements dans 31 pays en Afrique sub-saharienne au cours de son exercice financier 2014, pour un total de 4,6 milliards de dollars. En partenariat avec la MIGA, IFC a mobilisé des financements supplémentaires d’un montant de 343 millions en faveur du secteur privé. IFC a fourni plus de 4,0 millions de dollars en nouveaux investissements dans les économies aux revenus les plus bas du continent. Les nouveaux engagements d'IFC ont octroyé 800 millions de dollars aux pays touchés par des conflits récents, notamment la Côte d’Ivoire, la République Démocratique du Congo et le Mali.
Grâce au soutien du Groupe de la Banque mondiale, les gouvernements africains ont promulgué plus de 70 réformes visant à améliorer la réglementation des affaires. Ces réformes se sont notamment traduites en économies de coûts de 25,5 millions de dollars au profit du secteur privé en Éthiopie, grâce à des procédures douanières plus efficaces pour l’importation et l’exportation. En Côte d'Ivoire, les réformes du droit des affaires ont permis d’harmoniser les taux d’imposition entre hommes et femmes; au Rwanda enfin, les réformes ont entrainé des investissements d’un montant de 106 millions de dollars par de nouvelles entreprises, créant ainsi 29 000 emplois.
Les financements des services-conseil d'IFC ont atteint 64 millions d'USD à travers des projets actifs dans 30 pays. Quatre nouveaux partenariats public-privé ont également été signés pour améliorer l'accès à l'électricité et à l'eau et pour financer la construction de routes.
« IFC met un accent particulier sur l’Afrique, qui est une région prioritaire dans notre stratégie. En effet, nous soutenons les pays à travers le développement d’infrastructures essentielles à leur essor et à l’amélioration des conditions de vie des populations, la mise en œuvre de politiques visant à accroître les flux commerciaux et les investissements, et le renforcement des capacités des travailleurs. Notre soutien contribue à jeter les bases d’un environnement favorable à l’émergence d’un secteur privé dynamique en Afrique», a déclaré Saran Kebet-Koulibaly, la directrice d’IFC pour l'Afrique de l'Ouest et centrale.
« Le niveau d’intervention élevé d'IFC en Afrique sub-saharienne est à l'image du soutien que nous apportons aux clients du secteur privé, qui ont le rôle de locomotive des économies locales. En tant que membre du Groupe de la Banque mondiale, IFC s'efforce de fournir des investissements, de l’expertise et des solutions intégrant les meilleures pratiques internationales, ce qui permet, d’améliorer l’environnement des affaires et les conditions de vie en Afrique », a déclaré Oumar Seydi, directeur d'IFC pour l'Afrique de l’est et australe.
L'agriculture, qui représente la moitié de la production en Afrique, est de plus en plus prioritaire. Les investissements d’IFC dans des sociétés telles que Saro Agro-Sciences au Nigeria, Malawi Mangoes et l'exploitation agricole de maïs Terra en RDC ont permis d’accroître la production alimentaire et de connecter les agriculteurs locaux aux marchés mondiaux. L'investissement total d'IFC dans le secteur, y compris le soutien au commerce et à l’amélioration de l’accès aux financements, a atteint 723 millions de dollars au cours de l'exercice financier 2014.
IFC accorde également une priorité aux infrastructures, qui soutiennent la croissance économique et améliorent les conditions de vie des populations. IFC a investi 1,1 milliard d'USD en projets d'infrastructure à travers l'Afrique sub-saharienne, notamment dans le projet Azito et dans la centrale thermique CIPREL en Côte d'Ivoire et dans le parc éolien Singida en Tanzanie, ce qui permettra d’améliorer l’approvisionnement en électricité et de limiter les délestages dans ces pays. Dans le cadre du plan de développement énergétique du Groupe de la Banque mondiale, qui associe l'expertise de la Banque mondiale et la capacité de MIGA à mitiger les risques et mobiliser des garanties, IFC vise à accélérer les investissements afin d’accroitre de 1 500 mégawatts la capacité du réseau national nigérian. Cette capacité supplémentaire devrait fournir de l'électricité à quelque 8 millions de foyers au cours des 18 prochains mois.
Les efforts d'IFC visant à développer l'accès aux financements ont contribué à stimuler l'emploi et la croissance sur le continent. En collaboration avec des banques et des institutions financières partenaires, IFC a facilité des financements d'une valeur totale de 17 milliards en faveur des entrepreneurs en Afrique au cours du dernier exercice financier. En outre, 130 000 petites entreprises et petits agriculteurs ont été formés en management.
Les activités d'IFC ont soutenu les marchés financiers nationaux tout en améliorant la valeur des investissements d'IFC dans ses clients commerciaux. IFC a aidé le gouvernement rwandais à développer le marché national des obligations grâce à la toute première obligation Umuganda. IFC a également émis la toute première obligation Zambezi en Zambie. Les prêts en devise nationale au Nigeria, au Rwanda et en Zambie ont soutenu les clients du programme de micro-financement. Par ailleurs, les produits de couverture de risque ont aidé les clients dans le secteur des infrastructures à atténuer et gérer les risques du marché.
À propos d'IFC
IFC, un membre du Groupe de la Banque mondiale, est la principale institution internationale de développement exclusivement dédiée au secteur privé. Travaillant avec des entreprises privées dans plus de 100 pays, IFC utilise son capital, son expertise et son influence pour contribuer à éliminer l'extrême pauvreté et à promouvoir la prospérité. Au cours de l'exercice financier 2014, nous avons fourni plus de 22 milliards de financements afin d’améliorer les conditions de vie dans les pays en voie de développement et à affronter les défis de développement les plus urgents. Pour plus d'informations, veuillez vous rendre sur le site www.ifc.org .
Restez connectés