Share this page

IFC et des institutions de développement s'engagent à travailler ensemble pour favoriser la création d'emplois

Washington, D.C., 14 janvier 2013 - Une nouvelle étude d'IFC, un membre du groupe de la Banque mondiale, a conclu qu'il était possible des créer des emplois faisant cruellement défaut à un rythme plus soutenu si les décideurs et les institutions de développement se faisaient une priorité de supprimer les principaux obstacles à la croissance auxquels les entreprises du secteur privé se trouvent confrontés.
L'étude, « Évaluer les contributions du secteur privé à la création d'emplois », conclut que quatre obstacles constituent un défi majeur à la création d'emplois dans le secteur privé : un faible climat d'investissement, des infrastructures inadéquates, un accès limité aux financements pour les micro-, petites et moyennes entreprises, ainsi qu'un manque de formation et de compétences. La suppression de ces obstacles peut considérablement contribuer à augmenter la création d'emplois.
Cette étude a été publiée aujourd'hui parallèlement au Rapport sur le développement dans le monde 2013 : Emplois de la Banque mondiale publié au mois d'octobre dernier. Dans un communiqué conjoint publié lors du lancement de ce rapport, plusieurs institutions de financement internationales de premier plan se sont immédiatement engagées à s'attaquer à la question de la création d'emplois, et à apprendre de leurs expériences respectives.
Dans le monde, près de 200 millions de personnes sont au chômage. Selon la Banque mondiale, 600 millions d'emplois doivent être créés d'ici 2020, principalement dans les pays en voie de développement, afin de suivre le rythme de la croissance de la population. La réponse se trouve dans le secteur privé, qui fournit neuf emplois sur dix.
« Le chômage est une crise mondiale qui revêt une urgence considérable dans les pays les plus pauvres », a déclaré Jin-Yong Cai, vice-président exécutif et président-directeur général d'IFC. « Maintenant que les plus grandes institutions de développement du monde se concentrent sur le secteur privé, nous sommes convaincus que la création d'emplois est le moyen le plus sûr de sortir de la pauvreté. Sa promotion dans les pays en voie de développement est pour nous une priorité ».
Les autres conclusions du rapport sont listées ci-dessous :
Les micro-, petites et moyennes entreprises (MPME) sont celles qui créent le plus d'emplois dans les pays en voie de développement, mais ce sont également les entreprises les moins productives, qui proposent les salaires les moins élevés et elles ne proposent pas beaucoup d'opportunités de formation et de développement à leurs employés. Les petites entreprises sont également celles qui sont le plus affectées par les obstacles à la création d'emplois, ce qui signifie qu'elles sont incapables de se développer au maximum de leur potentiel .
L'accès aux financements est un obstacle considérable pour les MPME ; faciliter cet accès peut permettre de créer un nombre considérable d'emplois. Par exemple, IFC propose des financements à un important réseau d'intermédiaires financiers dans les marchés émergents, qui, en 2011, finançaient 23 millions de MPME, qui employaient à leur tour plus de 100 millions de personnes.
Le plus grand nombre d'emplois sont créés au sein des chaînes logistiques et de distribution. Par exemple, un prêt proposé par IFC à un producteur de ciment indien a aidé la société à se développer et à créer plus d'emplois. Pour chaque emploi créé au sein de la société, plus de 20 emplois étaient créés au sein des chaînes logistiques et de distribution.
Le manque d'électricité est l'obstacle le plus important dans les pays à bas revenu. La fourniture d'une alimentation électrique fiable aux entreprises pourrait stimuler la croissance annuelle des emplois à hauteur d'au moins quatre pour cent.
Les femmes et les jeunes se trouvent confrontés à des défis spécifiques en matière d'emploi. Les barrières juridiques, le manque d'accès aux financements et les normes culturelles obligent souvent les femmes à occuper des emplois moins rémunérateurs et moins sûrs. Les jeunes sont presque trois fois plus susceptibles d'être au chômage. Ils sont également plus susceptibles d'occuper des emplois informels.
L'étude a révélé que 45 millions de personnes arrivaient sur le marché du travail chaque année. Et pourtant, plus d'un tiers des entreprises étudiées dans le monde étaient incapables de trouver des employés disposant des compétences dont elles ont besoin.
« IFC et le Groupe Banque mondiale disposent d'un certain nombre de programmes dont l'objectif est de combler les lacunes en matière de compétences », a déclaré Roland Michelitsch, directeur à IFC et principal auteur de l'étude. « Mais il est possible d’en faire plus - non seulement de notre coté, mais les autres institutions de développement, les décideurs et le secteur privé lui-même le peuvent aussi ».
À propos d'IFC
IFC, membre du Groupe de la Banque mondiale, est la principale institution de développement au service du secteur privé. Elle aide les pays en développement à atteindre une croissance durable en finançant des investissements, en mobilisant des capitaux sur les marchés financiers internationaux et en fournissant des services de conseil aux entreprises et aux pouvoirs publics. Au cours de l’exercice 2012, IFC a porté ses investissements à un niveau record de plus de 20 milliards de dollars en exploitant les capacités du secteur privé pour créer des emplois, stimuler l’innovation et résoudre les problèmes de développement les plus pressants. Pour plus d’informations, se rendre sur le site www.ifc.org .
À propos de l'étude :
se fonde sursur sur  
’attachant àfavorisée
Informations supplémentaires
Fiche d'information sur l'Étude d'IFC sur l'emploi
Cliquez ici pour télécharger le Résumé du rapport de l'Étude d’IFC sur l'emploi  
Cliquez ici pour consulter le communiqué conjoint d'IFC et des institutions de développement partenaires
Restez connecté