Share this page

Au Togo, la création d'un Consortium de financement marque une étape clé du grand projet portuaire de Lomé

Lomé, 9 janvier 2013 - IFC, un membre du groupe de la Banque mondiale, a annoncé aujourd'hui la concrétisation d'un financement de 225 millions d'euros octroyé à la Lome Container Terminal, SA (LCT), au Togo. IFC est le principal organisateur du financement de la LCT, un financement mobilisé par un consortium de bailleurs de fonds composé de la Banque africaine de développement, la DEG - Deutsche Investitions - und Entwicklungsgesellschaft mbH - allemande, la FMO néerlandaise, le Fonds de l'OPEP pour le développement international (OFID) et la PROPARCO française . Ce projet d'infrastructures majeur constitue le projet d'investissement privé le plus important jamais réalisé au Togo et jouera un rôle fondamental pour réduire les coûts et les obstacles aux échanges et stimuler l'intégration régionale.  
La LCT utilisera ces fonds pour développer un nouveau terminal de transbordement de conteneurs dans le port de Lomé. Lomé dispose de l'un des rares ports naturels en eau profonde d'Afrique de l'Ouest et centrale et sa position lui permettra de tenir lieu de plateforme de transbordement pour l'Afrique de l'Ouest. Une fois achevé, la capacité de manutention annuelle du terminal atteindra l'équivalent de 2,2 millions conteneurs de vingt pieds. Cette structure permettra aux compagnies maritimes de déployer leurs plus grands porte-conteneurs en Afrique de l'Ouest et centrale. Elle permettra également de réaliser des économies d'échelle qui réduiront dans une large mesure les frais de transport au niveau régional.
La LCT, une société congolaise créée afin d'exécuter ce projet, est détenue par une joint-venture dont la participation est divisée à 50/50 entre Global Terminal Limited (GTL) et China Merchants Holdings (International) Company Limited (CMHI). La Mediterranean Shipping Company, la deuxième plus grande compagnie maritime du monde, s'est engagée à endosser le rôle de principal client du terminal.
« Le financement de la Lome Container Terminal constitue une étape importante dans le développement de ce projet », a déclaré Vikram Sharma, président-directeur général de GTL. « La confiance affirmée par le consortium international de bailleurs de fonds transmet un message important sur la valeur du projet sur le long terme, et aux autres investisseurs cherchant à investir davantage en Afrique », a-t-il ajouté.
« Nous sommes particulièrement heureux de poursuivre le développement de ce projet clé aux côtés d'un tel consortium de financement international. Le terminal à conteneurs de Lomé devrait rapidement devenir une plateforme de transbordement essentielle en Afrique de l'Ouest, ainsi qu'une importante voie d'importation et d'exportation pour le Togo et les pays voisins », a déclaré Hu Jianhua, directeur exécutif de la CMHI.
« Les infrastructures constituent à l'heure actuelle l'un des plus grands obstacles à la poursuite du développement de l'Afrique, et le terminal à conteneurs de Lomé est la preuve que les investissements privés apportent une contribution essentielle au développement des infrastructures sur le continent », a pour sa part affirmé Bernie Sheahan, vice-président par intérim pour les régions Amérique latine et Caraïbes, Afrique subsaharienne et Europe occidentale.  
Le coût total du projet est estimé à 324 millions d'euros. Il s'agit de l'investissement direct étranger le plus important jamais réalisé par le secteur privé au Togo.  
À propos d’IFC
IFC, membre du Groupe de la Banque mondiale, est la principale institution de développement au service du secteur privé. Elle aide les pays en développement à atteindre une croissance durable en finançant des investissements, en mobilisant des capitaux sur les marchés financiers internationaux et en fournissant des services de conseil aux entreprises et aux pouvoirs publics. Au cours de l’exercice 12, IFC a porté ses investissements à un niveau record de plus de 20 milliards de dollars en exploitant les capacités du secteur privé pour créer des emplois, stimuler l’innovation et résoudre les problèmes de développement les plus pressants. Pour plus d’informations, se rendre sur le site www.ifc.org .
À propos de la BAD
Créée en 1964, la Banque africaine de développement (BAD) a pour mission d'améliorer le bien-être économique et social des pays d'Afrique et de contribuer à la réduction de la pauvreté et à l'amélioration des conditions de vie sur le continent. Le groupe de la BAD a approuvé un décaissement d’un montant de près de 8,5 milliards d'USD en 2011, les infrastructures comptant pour plus de 38 pour cent de ce montant. La BAD a approuvé un décaissement allant jusqu'à 60 millions d'euros pour la construction du terminal à conteneurs de Lomé, son premier projet au Togo, par le biais de son département dédié au secteur privé. www.afdb.org
À propos de la DEG
La DEG – Deutsche Investitions - und Entwicklungsgesellschaft mbH - est une filiale de la KfW et l'une des plus grandes institutions de financement du développement en Europe. Depuis 50 ans, la DEG finance et structure les investissements d'entreprises privées dans les pays en développement et les pays émergents à économie de marché. La DEG investit dans des projets rentables et contribuant au développement durable dans tous les secteurs de l'économie, de l'agro-industrie aux infrastructures et de la fabrication aux services. Le secteur financier constitue un autre de ses centres d'intérêts, lui permettant de faciliter un accès fiable aux capitaux localement. La DEG a pour objectif d'établir et de développer des structures d'entreprises privées dans les pays en développement et émergents, pour créer la base d'une croissance économique durable et améliorer durablement les conditions de vie de la population locale. www.deginvest.de .
À propos de la FMO
La FMO (la Société néerlandaise de financement du développement) est la banque néerlandaise de développement. La FMO soutient la croissance durable du secteur privé dans les marchés en développement et émergents en investissant dans des entrepreneurs ambitieux. Selon la FMO, un secteur privé robuste permet le développement économique et social, et donne aux individus la capacité d'utiliser leurs compétences et d'améliorer leur qualité de vie. La FMO se concentre sur trois secteurs qui ont un fort impact en termes de développement : les institutions financières, l'énergie et l'agro-industrie, l'alimentation et l'eau. Avec un portefeuille d'investissement de 6,2 milliards d'euros, la FMO est l'une des plus grandes banques européennes de développement bilatéral du secteur privé. www.fmo.nl
À propos de l'OFID
L'OFID est l'institution intergouvernementale de financement du développement créée en 1976 par les États membres de l'OPEP et sert de canal collectif d'acheminement de l'assistance aux pays en voie de développement. L'OFID travaille en coopération avec des partenaires dans les pays en développement et la communauté internationale de bailleurs de fonds dans l'objectif de stimuler la croissance économique et d'alléger la pauvreté dans toutes les régions défavorisées du monde. Elle propose ainsi des financements pour construire les infrastructures essentielles, renforcer l’offre de services sociaux et promouvoir la productivité, la concurrence et les échanges.  À la fin de l'année 2011, le secteur des transports et tous ses sous-secteurs comptaient pour 21 % du total des engagements réalisés par l’ensemble des mécanismes de financement. LCT est le premier investissement réalisé par l'OFID dans le secteur privé au Togo. www.ofid.org
À propos de PROPARCO
PROPARCO est une institution de financement du développement gérée conjointement par l'Agence française de développement (AFD) et des actionnaires privés du Nord et du Sud.  Elle a pour mission de catalyser les investissements privés dans les pays émergents et en voie de développement afin de soutenir la croissance, le développement durable et la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). PROPARCO finance des investissements économiquement viables, socialement équitables, environnementalement durables et financièrement rentables. PROPARCO est l'une des principales institutions bilatérales de financement dans le monde. Elle investit sur quatre continents, dans les grands pays émergents comme dans les pays les plus pauvres, et en particulier en Afrique ; ses exigences en termes de responsabilité sociale et environnementale sont très strictes. www.proparco.fr