Share this page

IFC a pour objectif de catalyser davantage d'investissements privés en faveur du développement de la Guinée

Conakry, Guinée, 9 février 2011 - IFC, un membre du Groupe de la Banque mondiale, cherche à apporter de nouveaux investissements et des services de conseil en Guinée afin d'aider le secteur privé à jouer le rôle de catalyseur principal du développement dans le pays. Au cours d’une visite du Vice-président pour l’Afrique Subsaharienne, l’Amérique Latine et les Caraïbes, et l’Europe de l’Ouest, Thierry Tanoh, dans le pays, la Directrice pour l’Afrique de l’Ouest et du centre, Yolande Duhem, et la représente régionale couvrant la Guinée chargé de pays Mary-Jean Lindile Moyo ont encouragé des partenariats avec IFC susceptibles de maximiser les résultats sur le développement. La visite a inclus une réunion avec le Président guinéen nouvellement élu, Alpha Condé.
« Pour IFC, la Guinée entre dans une nouvelle ère. Nous nous engageons à travailler avec le gouvernement et les chefs d'entreprise afin d'évaluer les besoins et de déterminer des moyens par lesquels nous pouvons travailler en plus étroite collaboration sur les projets qui auront le plus d'impact en matière de développement », a déclaré Thierry Tanoh, Vice-président pour l’Afrique Subsaharienne, l’Amérique Latine et les Caraïbes, et l’Europe de l’Ouest. « Les ressources de la Guinée pourraient contribuer au développement en catalysant un investissement plus important du secteur privé dans les secteurs clés ».
La Guinée, un pays au potentiel considérable, possède un-tiers des réserves mondiales de bauxite. IFC gère actuellement des investissements d’un montant supérieur à 70 millions de dollars dans le pays, pour l'essentiel dans le secteur minier. Ce dernier représente la proportion la plus importante de l’investissement direct étranger dans le pays, et IFC considère que le potentiel des secteurs de l’industrie agro-alimentaire et des infrastructures du pays stimulera encore davantage le développement.
« L’amélioration du climat d’investissement est essential à la réussite des entreprises du secteur privé en Guinée », a déclaré Yolande Duhem, la directrice d’IFC pour l'Afrique de l'Ouest et du centre. « Les services de conseil d’IFC poursuivront leurs efforts visant à travailler avec le gouvernement à des réformes supplémentaires et à permettre aux petites entreprises de bénéficier des outils nécessaires pour développer leurs entreprises ».  
Les Services de Conseil d’IFC travaillent avec Guinea Alumina Corporation et Rio Tinto Simfer afin de développer un pool de petites entreprises ayant la capacité de fournir des biens et services conformément aux normes requises par le secteur bourgeonnant de l'industrie minière tout en rendant les processus et procédures du secteur minier plus accessibles aux petites entreprises. A ce jour, IFC a fourni une formation en pré-soumission et une assistance professionnelle à plus de 40 petites et moyennes entreprises, a ajouté plus de 600 entreprises à la base de données des PME d'IFC et a identifié des niches commerciales pour ces entreprises dans le secteur des transports, du terrassement, des infrastructures communautaires, de la construction et de la confection d'uniformes.
Quatre sociétés de conseil locales ont également été sélectionnées pour devenir des franchises du programme Business Edge™ d’IFC, rendant la formation en gestion de la qualité accessible aux petites entreprises guinéennes sur le marché commercial.
Outre les réunions avec les ministres du gouvernement à Conakry, M. Tanoh et Mme Duhem ont discuté de la possibilité de nouveaux partenariats et de la poursuite des partenariats déjà en place avec des membres du secteur privé.
À propos d’IFC
IFC, membre du Groupe de la Banque mondiale, est la principale institution internationale de développement au service du secteur privé dans les pays en développement. IFC œuvre pour permettre aux individus d’échapper à la pauvreté et d’améliorer leurs conditions de vie. Elle crée des opportunités en apportant des financements aux entreprises pour les aider à créer des emplois et à fournir des services essentiels, en mobilisant des capitaux auprès d’autres bailleurs de fonds, et en fournissant des services de conseil pour promouvoir un développement durable. Durant la période d’incertitude économique actuelle, nos nouveaux investissements ont atteint le chiffre record de 18 milliards de dollars pour l’exercice financier 2010. Pour plus d’informations, consulter le site www.ifc.org .