Share this page

IFC émet un emprunt obligataire en monnaie locale en Afrique Centrale: [] L’emprunt obligataire favorisera le développement des marchés de capitaux et le prêt aux petites entreprises[]

Douala, Cameroun, le 10 novembre 2009 – IFC, un membre du groupe Banque mondiale, a annoncé aujourd’hui qu’elle deviendrait le premier emprunteur à émettre un emprunt obligataire en Afrique centrale en Franc XFA. Les recettes de l’emprunt obligataire soutiendront le prêt aux petites et moyennes entreprises dans six pays d’Afrique centrale et renforceront les marchés des capitaux dans la région.
L’important emprunt obligataire, sur une durée de cinq ans, d’un montant de 20 milliards de francs XFA (équivalent à 43 millions de dollars) sera coté à la bourse régionale de Libreville (BVMAC) et à la bourse de Douala (Douala Stock Exchange). Il sera exempté d'impôts dans les six pays membres de la zone CEMAC (Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale).
« Par le biais de cet emprunt obligataire, IFC contribuera au développement des marchés de capitaux locaux et soutiendra le financement à long terme en monnaie locale pour les sociétés locales» a déclaré la vice-présidente pour les finances et trésorière d’IFC, Nina Shapiro. « Suite à l’émission de cet emprunt ; IFC devrait poursuivre avec d’autres financements directement avec les clients et en partenariat avec les institutions financières locales. »
L'emprunt devrait être émis à la mi-novembre 2009. Il s'agit du second emprunt obligataire en monnaie locale d'IFC en Afrique sub-saharienne, après l'emprunt obligataire Kola en Afrique de l'Ouest  en décembre 2006.
« Cet emprunt est une opportunité unique pour IFC de promouvoir l'intégration régionale et le commerce» a déclaré Yolande Duhem, directrice d’IFC pour l'Afrique de l’Ouest et du Centre. « IFC n'aurait pas pu réussir cette émission sans le soutien des gouvernements d’Afrique centrale, qui partagent  notre engagement à promouvoir une croissance durable dans la région. »
La Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale est une organisation d’Etats d’Afrique centrale créée par le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad, le Congo, la Guinée équatoriale et le Gabon, afin de promouvoir l’intégration économique entre ces pays qui partagent une monnaie commune, le franc CFA. Tous les produits de l’emprunt en CFA seront réinvestis dans la zone.
IFC soutient le développement des marchés de capitaux locaux et des institutions financières locales solides par le biais d’une combinaison de prêts, de capitaux, de financement structuré et de services de conseil. Le résultat est un meilleur accès aux financements, en particulier en monnaie locale, ce qui favorise l’amélioration du niveau de vie et la réduction de la pauvreté.
IFC a engagé 1,8 milliards de dollars dans de nouveaux investissements à travers 30 pays d’Afrique durant l’exercice budgétaire qui s’est achevé en juin, son volume le plus important sur une année depuis sa fondation.  IFC a également fourni des services de conseils pour un montant  de 26,1 millions de dollars lors de l’exercice budgétaire 2009, ce montant étant de 18,6 millions de dollars en 2008.
IFC est la seule institution financière internationale à se concentrer exclusivement sur le secteur privé, le moteur du développement durable dans les marchés émergents. Elle cherche actuellement à augmenter son capital pour renforcer sa capacité à créer des opportunités pour les pauvres dans les pays en voie de développement, ce qui inclut des initiatives pour aider à développer les marchés de capitaux locaux.
A propos d’IFC
IFC, membre du Groupe de la Banque mondiale, a pour vision de créer des opportunités pour permettre aux populations d’échapper à la pauvreté et d’améliorer leurs conditions de vie. Nous favorisons une croissance économique durable dans les pays en développement à travers le soutien au développement du secteur privé, la mobilisation des capitaux privés, des services de conseil et des mécanismes d'atténuation de risques aux entreprises et aux gouvernements. Nos investissements pour l'année fiscale 2009 ont atteint un montant total de 14,5 milliards de dollars, soutenant le transfert de capital vers les pays en développement lors de la crise financière. Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site www.ifc.org .