Share this page

IFC et la Côte d’Ivoire mènent un dialogue public privé sur les opportunités de réduire le déficit énergétique grâce aux énergies renouvelables

Abidjan, 2 mars 2018 - IFC, un membre du Groupe de la Banque mondiale, et le ministère ivoirien du Pétrole, de l'Energie et du Développement des Energies renouvelables ont réuni aujourd’hui des dirigeants des secteurs public et privé pour discuter de comment attirer les investissements privés dans le secteur des énergies renouvelables en Côte d’Ivoire, le pays s’étant fixé comme objectif d’accroitre à 42 pourcent la part des énergies renouvelables dans son mix énergétique d’ici à 2030.
Des représentants du privé et des décideurs politiques ont participé à un atelier à Abidjan pour discuter de la mise en place de solutions réalistes et à court terme dans le secteur des énergies renouvelables. Ils ont passé en revue les politiques à mettre en place, les interventions et investissements à engager ainsi que les innovations à développer en matière de produits financiers pour attirer des investissements privés dans le secteur.
L’atelier fait suite à la récente publication par IFC d’un rapport intitulé ‘Creating Markets for Climate Business’ (Créer des marchés dans le secteur du changement climatique), qui identifie sept secteurs industriels pouvant avoir un impact fort s’ils bénéficiaient de plus d’investissements privés. Il s’agit des énergies renouvelables, du solaire et du stockage de l’énergie, de l’agro-industrie, des bâtiments écologiques, du transport urbain et de la gestion de l’eau et des déchets urbains.
Pour Thierry Tanoh, ministre ivoirien du Pétrole, de l'Energie et du Développement des Energies renouvelables “La Côte d’Ivoire s’est dotée d’un agenda ambitieux pour développer le secteur des énergies renouvelables et y déployer des solutions efficientes et à coût abordable. Nous nous réjouissons de travailler avec IFC pour impliquer le secteur privé et atteindre nos objectifs”.
Cassandra Colbert, la représentante régionale d’’IFC, a déclaré : “Nous sommes déterminés à travailler avec le secteur privé et le gouvernement pour positionner la Côte d’Ivoire comme hub régional en matière d’énergies renouvelables et d’y promouvoir des initiatives novatrices qui favoriseront un développement soutenable de ce secteur.”
La demande en électricité en période de pointe croit de 6.9 pourcent en moyenne par an depuis 2011 en Côte d’Ivoire. Elle a atteint près de 1,300 Mégawatts en décembre 2016. L’objectif du gouvernement ivoirien est d’atteindre une capacité installée de 4,000 Mégawatts en 2020. Des estimations évaluent à 10 milliards de dollars les investissements possibles en Côte d’Ivoire dans des initiatives intelligentes face au climat. Don’t 2,7 milliards de dollars sont liés aux efforts en cours pour atteindre l’objectif de 42 pourcent du mix énergétique fournis par les énergies renouvelables d’ici à 2030 grâce à des projets exploitant l’hydrologie, le solaire et la biomasse.
Résoudre la problématique du changement climatique est une priorité pour IFC. Depuis 2005, l’institution a investi sur fonds propres 18,3 milliards de dollars dans des financements à long terme de projets favorables au climat. IFC a également mobilisé 11 milliards de dollars auprès d’investisseurs tiers.
A propos d’IFC
IFC, membre du Groupe de la Banque mondiale, est la plus grande institution mondiale de développement dédiée au secteur privé au sein de pays émergents. En collaboration avec plus de 2 000 entreprises à travers le monde, nous utilisons notre capital, notre expertise et notre influence pour créer des opportunités et des marchés là où le besoin se fait le plus sentir. Au cours de l’exercice 2017, nos investissements à long terme dans les pays en développement ont atteint le montant record de 19,3 milliards de dollars, et ont permis d’engager le secteur privé dans l’éradication de l’extrême pauvreté et la promotion d’une prospérité partagée. Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.ifc.org/french .
Restez connecté