Share this page

IFC finance Bovima pour développer les exportations de viande de Madagascar

Antananarivo, Madagascar, 11 juillet, 2018 — IFC, un membre du Groupe de la Banque mondiale, appuie l’entreprise Bonne Viande de Madagascar - Bovima - pour la construction de deux nouvelles installations - un parc d’engraissement et un abattoir moderne - qui contribueront à créer un marché à l’exportation de la viande de zébu de même qu’à créer des emplois et des opportunités dans l’un des pays les plus pauvres du monde.
Le financement de sept millions de dollars consiste en un prêt direct d’IFC de 3,5 millions de dollars et d’une allocation du même montant accordée par le Programme mondial pour l’agriculture et la sécurité alimentaire à travers son guichet dédié au secteur privé. La Banque mondiale fournira une enveloppe supplémentaire de 53 millions de dollars pour former des vétérinaires, réhabiliter des laboratoires et améliorer l’entretien du bétail. Grâce à ces mesures, Madagascar pourra émettre des certificats de santé animale reconnus au niveau international, ce qui ouvrira son marché à l’exportation. La viande de zébu sera exportée depuis un port moderne à Tolanaro, partiellement financé par la Banque mondiale.
Les services conseils d’IFC pour la protection environnementale et sociale travailleront également avec les éleveurs pour associer leurs pratiques traditionnelles à des techniques d’élevage modernes qui leur permettront d’accroître leur cheptel et d’améliorer leurs revenus. L’appui d’IFC permettra à Bovima de renforcer sa filière d’approvisionnement grâce à un système de gestion du bétail de même qu’un programme d’assistance aux petits éleveurs et fermiers.
“Notre partenariat avec IFC est critique pour créer un marché d’exportation de viande à Madagascar”, a déclaré Danil Ismael, le PDG de Bovima. “A travers ce projet, nous créons de la valeur pour nos partenaires, nos éleveurs et fermiers et pour la nation. Le développement de Madagascar doit être mené par le secteur privé.”
Plus de 80 pourcent de la population malgache vivent avec moins de deux dollars par jour, alors que le secteur agricole est le premier fournisseur d’emplois. Le projet devrait permettre à Bovima de générer une importante activité économique et de créer des emplois dans l’une des régions les plus pauvres de Madagascar. En établissant le premier abattoir moderne du pays, le projet contribuera également à introduire les meilleures pratiques mondiales en matière de santé et de sécurité.
“Notre intervention à Madagascar démontre la détermination d’IFC à créer des marchés dans les pays fragiles, où l’agriculture est la principale source de revenu de la majorité des populations,” a déclaré Philippe Le Houérou, CEO d’IFC. “Nous avons identifié quels étaient les besoins pour créer un tel marché à Madagascar, puis nous avons investi nos propres ressources sur plusieurs années pour développer les capacités de Bovima. Nous avons également eu recours à l’expertise de la Banque mondiale et avons collaboré avec le gouvernement pour rendre ce projet réalisable. Notre partenariat avec Bovima contribuera à établir une norme pour la modernisation du secteur de l’élevage à Madagascar.”
Des investissements insuffisants et un manque de capacités ont conduit à la détérioration du secteur de l’élevage à Madagascar, ce qui a réduit le nombre de zébu de vingt-trois millions de têtes en 1980 à six millions de têtes aujourd’hui. Le projet devrait permettre d’accroître les sources de devises de Madagascar grâce aux exportations de viande.
A propos d’IFC
IFC, membre du Groupe de la Banque mondiale, est la plus grande institution mondiale de développement dédiée au secteur privé au sein de pays émergents. En collaboration avec plus de 2 000 entreprises à travers le monde, nous utilisons notre capital, notre expertise et notre influence pour créer des opportunités et des marchés là où le besoin se fait le plus sentir. Au cours de l’exercice 2017, nos investissements à long terme dans les pays en développement ont atteint le montant record de 19,3 milliards de dollars, et ont permis d’engager le secteur privé dans l’éradication de l’extrême pauvreté et la promotion d’une prospérité partagée. Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.ifc.org/french
Restez connecté
A propos du GAFSP
Le Programme mondial pour l’agriculture et la sécurité alimentaire est une initiative mondiale qui mobilise les ressources auprès des donateurs pour financer des programmes visant à accroître le rendement des petits producteurs afin de réduire la pauvreté et accroître la sécurité alimentaire. Le GAFSP s ’engage dans les pays affichant les plus hauts niveaux de pauvreté et d’insécurité alimentaire. Le guichet Secteur Public du programme assiste les gouvernements à développer des plans nationaux de sécurité alimentaire et agricole. Le guichet Secteur privé du programme, qui est géré par IFC, est financé par l’Australie, le Canada, le Japon, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Ce guichet fournit des prêts à long et court termes, des garanties et des capitaux à des entreprises privées et des institutions financières pour améliorer le rendement des petits producteurs, améliorer leur accès aux financements et renforcer leurs capacités.