Share this page

Le rapport IFC-Africa CEO Forum démontre l’existence d’opportunités de financement pour les investisseurs privés dans des marchés africains en mutation.

Abidjan, Côte d’Ivoire, 22 mars 2016 — Selon un rapport rendu public ce jour par IFC, membre du Groupe de la Banque mondiale, en partenariat avec l’Africa CEO Forum, l’Afrique demeure une région qui recèle d’énormes potentialités pour les investisseurs privés, malgré les vents contraires qui affectent son économie et la baisse de liquidité qui rendent difficiles la gestion des risques et la mobilisation des partenaires autour des investissements. Ce rapport conclut que même dans des environnements économiques difficiles et à risque, il est possible d’adopter plus largement des méthodes de financement qui atténuent davantage le risque afin de financer des investissements porteurs à plus grande échelle en Afrique.
Ce rapport, qui est intitulé Nouveaux horizons dans la finance africaine : Réduire le risque et mobiliser les financements à une échelle nouvelle , constate que la persistance des tendances à l’urbanisation rapide, à la consolidation de la stabilité, au rajeunissement et à l’accroissement de la population, à l’expansion de la connectivité Internet, à l’augmentation des revenus et au changement des modes de consommation continue de générer une abondance d’opportunités commerciales à travers le continent. Les opportunités d’investissement sont plus fortes dans des secteurs tels que l’habillement, la communication, l’énergie, les services financiers, l’alimentation, la santé, le logement et le transport. Dans le même temps, alors que l’Afrique pourrait absorber 90 milliards $ en dépenses d’infrastructures chaque année, environ la moitié de ce montant seulement est investie. Et le continent a besoin de 5 à 10 milliards $ par an, y compris en investissement privé, pour s’adapter au changement climatique.
D’après Jingdong Hua, vice-président et trésorier d’IFC, « Nous devons tirer les leçons des projets récents regroupant des institutions de financement du développement et des banques commerciales privées, ainsi que d’autres financiers, acteurs publics et bailleurs de fonds. Il convient de renforcer les approches de financement ayant fait la preuve de leur efficacité de manière à réduire le risque, à mobiliser des fonds et à bâtir des marchés financiers afin de saisir les énormes opportunités qu’offrent la transition en cours en Afrique. »
Les projets mis en avant dans le rapport démontrent comment une structuration et des approches innovantes peuvent atténuer les risques et attirer de nombreux investisseurs institutionnels pour augmenter les chances de succès. Ces approches comprennent des partenariats public-privé, le cofinancement, le financement mixte, les marchés financiers locaux et des solutions sur mesure, ainsi que le capital-investissement.
D’après Amir Ben Yahmed, fondateur et président de l’Africa CEO Forum, « Notre rencontre annuelle de dirigeants d’entreprises et de gouvernements issus de toute l’Afrique démontre l’intérêt constant que suscite l’investissement privé sur le continent. Les investisseurs sont à la recherche de nouvelles approches pour faire face aux mutations du marché, et ce rapport propose des idées et des solutions que les investisseurs peuvent examiner et appliquer. »
Le rapport présente des exemples réussis de projets récemment financés à travers la région Afrique. Ces exemples s’accompagnent de détails sur la structure des projets et des outils d’atténuation des risques. Il s’agit du projet électrique Azito 3 en Côte d'Ivoire ; d’un programme d’Ecobank Transnational portant sur des prêts aux PME dans les États fragiles et touchés par des conflits en Afrique de l’Ouest ; d’un partenariat Cargill-SIB visant à appuyer les coopératives agricoles, toujours en Côte d'Ivoire ; d’une émission obligataire en monnaie locale par Bayport Financial Services, en Zambie ; du financement de l’expansion de Bridge International Academies au Kenya et dans d’autres pays africains ; du projet de production d’aliments nutritifs d’Africa Improved Food Holdings, au Rwanda ; de la levée d’un fonds de capital-investissement par Helios Investment Partners; ainsi que de la restructuration et de la privatisation d’Eleme Petrochemicals, au Nigéria.
Report in English: http://wrld.bg/ZEo7d
Rapport en français: http://wrld.bg/ZLQgr
À propos de l’AFRICA CEO FORUM
L’AFRICA CEO FORUM est le rendez-vous de référence des responsables les plus influents de la finance africaine et internationale et des dirigeants des grandes entreprises africaines. Il est le lieu privilégié d’échanges sur les enjeux du développement économique des entreprises africaines dans un environnement de qualité, propice aux rencontres d’affaires.
Spécialistes de la banque, du capital-investissement, des marchés financiers, représentants des institutions financières internationales : chaque année, plus de 800 participants, dont plus de 500 PDG venus de l’ensemble du continent, 100 banquiers et financiers, ainsi que 200 personnalités africaines et internationales de premier plan sont attendus au AFRICA CEO FORUM.
À propos d’IFC
La Société financière internationale (IFC), membre du Groupe de la Banque mondiale, est la principale institution mondiale de développement dédiée au secteur privé dans les pays émergents. Elle collabore avec plus de 2 000 entreprises à travers le monde et consacre son capital, ses compétences et son influence à la création d’opportunités là où elles font le plus défaut. Au cours de l’exercice 2015, les investissements à long terme d’IFC dans les pays en développement ont atteint près de 18 milliards de dollars et ont aidé le secteur privé à contribuer de façon essentielle aux efforts engagés à l’échelle mondiale pour mettre fin à l’extrême pauvreté et promouvoir une prospérité partagée. Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.ifc.org .
Restez connectés