Share this page

IFC a déjà engagé 4 milliards de dollars de financements pour aider les entreprises à lutter contre la pandémie de COVID-19 dans les pays les plus pauvres

Washington, le 28 octobre 2020 – Le soutien déployé par la Société financière internationale (IFC) face à la pandémie de COVID-19 est avant tout destiné aux populations les plus vulnérables dans les pays en développement. Sur l’enveloppe de 8 milliards de dollars approuvée par le Conseil d'administration d’IFC en mars 2020 afin d’apporter des financements accélérés à la lutte contre le COVID-19, 4 milliards ont été engagés à ce jour, dont près de la moitié est allouée aux pays les plus pauvres et à des États fragiles, le reste étant affecté à d’autres pays en développement et aux marchés émergents.
« Le soutien au secteur privé est essentiel pour aider les pays en développement à mettre en place une reprise inclusive, durable et résiliente, et enrayer la montée de l’extrême pauvreté, souligne le président du Groupe de la Banque mondiale David Malpass. Le mécanisme de financement accéléré d’IFC dédié à la riposte au COVID-19 a pour objectif d’apporter des liquidités à ses clients — entreprises et institutions financières —, pour pouvoir fournir des fonds de roulement, soutenir les emplois et faciliter le commerce. »
À la suite de l’annonce, au mois de mars, de la mobilisation de 8 milliards de dollars de financements destinés à venir en aide aux entreprises touchées par la pandémie, IFC, principale institution de développement au monde axée sur le secteur privé dans les pays émergents, a déployé la totalité de l’enveloppe de 2 milliards de dollars consacrée au financement du commerce. Ces ressources permettent aux institutions financières de maintenir les flux de crédit en direction des entreprises qui sont tributaires des échanges commerciaux, dont notamment les micro, petites et moyennes entreprises (MPME), grandes pourvoyeuses d'emplois.
« Le mécanisme de financement accéléré dédié au COVID-19 d’IFC a été mis en place pour apporter de toute urgence des liquidités à nos clients du secteur financier et de l’économie réelle, dans le but de préserver les emplois et de contrer les dommages immédiats causés par la pandémie, explique Stephanie von Friedeburg, directrice des opérations d’IFC et directrice générale et vice-présidente exécutive par intérim. En soutenant les clients et les interventions du secteur privé, il s’agit à plus long terme de contribuer à relancer la croissance économique, et d’ouvrir ainsi la voie à un avenir meilleur, plus résilient et durable une fois la pandémie endiguée. »
Deux milliards de dollars supplémentaires ont également été mobilisés au titre de ce mécanisme : répartis dans l’ensemble des régions du monde où intervient IFC, ces financements sont utilisés à diverses fins, pour soutenir les prestataires de soins de santé, prêter main-forte à un secteur du tourisme frappé de plein fouet ou encore aider les entreprises viables à se maintenir à flot et, ce faisant, sauvegarder des emplois. IFC a en outre mobilisé 623 millions de dollars pour ces mêmes clients auprès de ses partenaires du secteur privé.
Par ailleurs, le Guichet de promotion du secteur privé de l’IDA, un dispositif mis sur pied par le Groupe de la Banque mondiale pour catalyser l’investissement privé dans les pays les plus pauvres du monde , a octroyé depuis mars 281 millions de dollars de garanties pour faciliter l’accès des PME à des crédits commerciaux et des prêts de trésorerie.
La réponse d’IFC s’inscrit plus largement dans les mesures rapides et de grande envergure déployées par le Groupe de la Banque mondiale en vue d’aider les pays en développement à renforcer leur action contre la pandémie et à améliorer la veille sanitaire et les interventions de santé publique. Sur les 160 milliards de dollars que le Groupe de la Banque mondiale est en mesure d’engager dans les 15 prochains mois, IFC pourra potentiellement apporter 47 milliards en soutien au secteur privé.
En collaboration avec ses partenaires, IFC accompagnera à l’avenir la restructuration et la recapitalisation d’entreprises viables afin d’ouvrir la voie à une reprise inclusive, durable et résiliente. Au mois d’août, IFC a également mis en place une plateforme mondiale pour la santé , dotée de 4 milliards de dollars, en vue d’aider les pays en développement à  améliorer leur accès à du matériel médical (masques, respirateurs, kits de test...) et, à terme, aux vaccins contre le COVID-19.
Voici un aperçu des projets lancés par IFC au titre du mécanisme de financement accéléré, qui met notamment l’accent sur le soutien aux PME :
·        En Ouganda, un prêt d’IFC d’un montant de 4 millions de dollars octroyé à International Medical Group a permis de renforcer les services fournis par les hôpitaux et cliniques du pays, au profit de plusieurs centaines de milliers de patients.
·        Au Nigéria, IFC a octroyé des prêts d’un montant total de 200 millions de dollars à Access Bank, FCMB et Zenith Bank pour soutenir le financement de PME opérant dans des secteurs en proie à des difficultés de trésorerie et d’accès aux crédits commerciaux.
·        Au Bangladesh, IFC a investi 25 millions de dollars dans la société Mymensingh Agro Limited (PRAN Group) pour permettre à celle-ci d'accroître sa capacité de fabrication de produits alimentaires de qualité et abordables.
·        Au Vietnam, les 75 millions de dollars alloués par IFC à la Phu My Hung Development Corporation ont notamment permis de venir en aide à plus de 300 PME.
·        En Ukraine, IFC a favorisé la sécurité alimentaire en aidant l’un des leaders nationaux de la production agricole à financer ses besoins en fond de roulement afin de limiter les risques de perturbations de l’approvisionnement en amont de la filière de la viande.
·        Au Brésil, IFC a contribué à la sauvegarde d’emplois et à l'atténuation des chocs économiques provoqués par la pandémie grâce à un prêt de 100 millions de dollars qui permettra à la banque Daycoval de fournir des financements à des PME, et notamment à des entreprises appartenant à des femmes.
À propos d'IFC
La Société financière internationale (IFC), membre du Groupe de la Banque mondiale, est la principale institution de développement axée sur le secteur privé dans les pays émergents. Elle mène des opérations dans plus d’une centaine de pays, consacrant son capital, ses compétences et son influence à la création de marchés et d’opportunités dans les pays en développement. Au cours de l’exercice 2020, les investissements d’IFC dans des entreprises et des institutions financières se sont élevés à plus de 22 milliards de dollars, permettant ainsi de mobiliser les capacités du secteur privé pour mettre fin à l'extrême pauvreté et promouvoir une prospérité partagée. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.ifc.org .
À propos du Guichet de promotion du secteur privé de l’IDA
Dans le cadre de la reconstitution des ressources d’IDA-18, un Guichet de promotion du secteur privé d’un montant de 2,5 milliards de dollars a été créé pour mobiliser les investissements du secteur privé dans les pays les plus pauvres et les plus fragiles. Reconnaissant la place centrale du secteur privé dans la réalisation des objectifs d’IDA-18 et des Objectifs de développement durable, ce guichet débloque des fonds concessionnels pour cofinancer des investissements privés avec IFC et l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA). Ces financements à conditions de faveur contribuent à l’atténuation des risques et à la réduction des obstacles et, ce faisant, à débloquer et attirer des investissements privés dans les marchés émergents. Pour en savoir plus, rendez-vous sur https://ida.worldbank.org/psw
Suivez l’actualité d’IFC :